Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'association philatélique de Castanet Tolosan

Saint Pierre et Miquelon - Colonie Française - 1926 - fascicule 1

24 Avril 2017 , Rédigé par Pierre Publié dans #vie_timbre

Saint Pierre et Miquelon - Colonie Française - 1926 - fascicule 1
Saint Pierre et Miquelon - Colonie Française - 1926 - fascicule 1
Saint Pierre et Miquelon - Colonie Française - 1926 - fascicule 1

 

Saint-Pierre-et-Miquelon est un archipel français d'Amérique du Nord situé dans l'océan Atlantique nord, à 25 km au sud de l’île canadienne de Terre-Neuve. Ancien département d'outre-mer, puis collectivité territoriale à statut particulier, c'est aujourd'hui une collectivité d'outre-mer.

L'archipel est composé de deux îles principales : Saint-Pierre, la plus petite qui abrite cependant 86 % de la population, ainsi que Miquelon constituée de deux presqu'îles : Grande Miquelon et Langlade reliées entre elles par un isthme de sable (tombolo double) depuis le XVIIIe siècle. D'autres petites îles et îlots non habités font partie de l'archipel (la souveraineté sur l'Île Verte étant incertaine).

Toponymie

Les îles furent visitées par des Paléoesquimaux1 : des Groswatériens (800 à 100 avant. J.-C., Paléoesquimau ancien)2, des Dorsétiens (100 à 900 après. J.-C., Paléoesquimau récent)3. Entre 1100 à 1500 après J.-C., les ancêtres des Béothuks établissent un camp à l'Anse à Henry sur l'île de Saint-Pierre. En 1520, João Álvares Fagundes, navigateur portugais baptise l'archipel en l'honneur de sainte Ursule, alors qu'il débarque le jour de sa fête, l'archipel des onze mille vierges. Jacques Cartier le nomme Isle Sainct Pierre lors de son passage en juin 1536 ; saint Pierre est le saint patron des pêcheurs (avec saint André, saint Antoine de Padoue, saint Nicolas de Myre, et saint Zénon de Vérone4). L'archipel a successivement été aux mains des Anglais et des Français avant de devenir définitivement français en 1815.

Le nom actuel de Miquelon a été noté sous la forme de Micquelle5 dans le manuel de navigation d'un capitaine basque, Martin de Hoyarsabal (en), en partance pour Terre-Neuve6 au XVIe siècle. Miquelon pourrait être une forme basque de Michel7,8,9, la traduction en langue basque de Michel étant Mikel10. De nombreux Basques espagnols ont pu être influencés par la forme espagnole de Miguelón qui signifie grand Michel.

L'île adjacente, Langlade, est une contraction de l'île à l'Anglais8.

L'arrivée du navigateur portugais João Álvares Faguendes (Fagundes) le 21 octobre 1520 est souvent citée comme date de découverte de l'île mais la découverte pourrait être bien antérieure, elle est d'ailleurs attribuée à d'autres explorateurs comme Jean Cabot en 1497 ou Verrazano en 1524. Quoi qu'il en soit, les îles servaient de base aux pêcheurs normands, bretons et basques au XVIe siècle et l'on date de 1604 les premières installations permanentes de ces derniers. Ils y pratiquaient la chasse baleinière (si l'on se réfère à leur arrivée précoce pour cette activité en Amérique du Nord, la date pourrait être bien antérieure), certainement la baleine franche (dite « baleine des Basques »), la baleine du Groenland et la baleine grise. Ces origines provinciales se retrouvent sur le drapeau de l'archipel.

Au XVIIIe siècle, les îles furent toutefois abandonnées lors de la ratification du traité d'Utrecht de 1713 qui octroyait à la France un droit exclusif de pêche sur le littoral de l'île de Terre-Neuve désigné sous le terme de côte française de Terre-Neuve. Les îles de Saint-Pierre et de Miquelon furent ensuite récupérées officiellement par la France lors du traité de Paris de 1763. Après une défaite infligée par les troupes américaines et françaises, les forces britanniques présentes en Nouvelle-Écosse attaquèrent les îles en 1778 et déportèrent la population, y compris des réfugiés de la déportation des Acadiens de 1755. L'archipel est cependant à nouveau rendu à la France lors du traité de Versailles (1783).

 

Plusieurs voyageurs illustres visiteront l’archipel encore très peu développé, comme le géographe Jean-Dominique Cassini en 1768 et, l’écrivain français Chateaubriand en 1791 qui immortalisera l’archipel dans les Mémoires d'outre-tombe.

Lors de la Révolution française, la communauté acadienne quitta subitement l'île de Miquelon pour se réfugier aux îles de la Madeleine, alors que l'exercice républicain à Saint-Pierre connut un terme brutal lors de la nouvelle attaque britannique de 1793. Il fallut attendre la Restauration de Louis XVIII pour que la dernière rétrocession par le Royaume-Uni (dont la Nouvelle-Écosse était encore une colonie) des îles Saint-Pierre-et-Miquelon à la France soit définitive.

Parmi les visiteurs célèbres de l’époque qui relatent la vie et étudient cette petite colonie française de pêcheurs, dans le dernier morceau de territoire de l’ancienne Nouvelle-France devenu un simple marchepied sur la route de l’Amérique du Nord et les bancs de pêche de Terre-Neuve, on peut citer le comte Joseph Arthur de Gobineau, diplomate et écrivain, vers 1850, ainsi que le docteur Albert Calmette, présent dans l’archipel de 1888 à 1890.

Pendant la deuxième moitié du XIXe siècle, l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon connut un essor économique important grâce à la pêche à la morue.

L'archipel eut un certain rôle lors de la prohibition aux États-Unis puisque du fait de son statut de colonie française, la loi américaine (le Volstead Act) n’y était pas applicable. L'île connut, de 1919 à 1933, une réelle prospérité grâce au trafic d’alcools, de vins français et de whisky, acheminés clandestinement sur les côtes canadiennes et américaines par des goélettes ou des vedettes rapides (rum runners) construites au Canada et montées par des Saint-Pierrais. Ce fut l'époque des bootleggers.

Dans les années 1970, on pouvait encore voir à St Pierre, un hangar bardé des planches de caisses d'alcools, de champagnes français. Les marins de Terre Neuve recevaient les boissons alcoolisées en caisses. Ils les transféraient dans des sacs de jute et récupéraient le bois. En cas d'interception d'un bateau contrebandier par les gardes-côtes américains, il suffisait de jeter les sacs à la mer par le bord du navire opposé à celui vers lequel avançaient les forces de police. Les sacs coulaient instantanément. Lorsque l'équipage de contrôle embarquait, il n'y avait plus trace de la fraude partie vers les grands fonds. La cargaison était perdue, mais ça évitait d'aller croupir en prison. Le risque d'être ainsi arraisonné faisait partie des frais de l'expédition et justifiait le prix ahurissant que payaient les destinataires. Ça expliquait aussi la prolifération de boissons contrefaites peut-être moins chères que celle venant vraiment d'Europe.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article